Dans l’antre de la ZOOLUX (07.02.15)

C’est non sans plaisir que nous avons été rendre visite à l’association Sweatlodge, qui avait pris ses quartiers à Stéréolux, quelques heures avant le début de leur soirée tant attendue : la Zoolux. Un événement qui affichait complet depuis plusieurs jours. Pas étonnant quand on connait la politique du collectif : déguisement de rigueur et lâcher-prise général.

Zoolux, soirée Sweatlodge, Nantes, Cosmic Show, Stéréolux

La salle Maxi de Stéréolux, lors des tests techniques pour la Zoolux

La soirée du 7 février dernier a été plus que plébiscitée par les Nantais. Des places, mises en vente sur internet et dans des lieux de distributions, sont parties aussi vite qu’elles sont arrivées. Un succès qui a même surpris la coordinatrice de l’événement, Ana, que nous avons rencontré à Stéréolux, quelques heures avant que les premiers fêtards ne se pointent sous les toits des Nefs. Pour le moment, seuls les artistes et les techniciens du sons sont présents, faisant cracher les enceintes des salles Maxi et Micro pour les derniers réglages.

Zoolux, soirée Sweatlodge, Nantes, Cosmic Show, Stéréolux

Tests techniques dans la salle Micro du Stéréolux

Pas le droit à l’erreur pour ce retour tant attendu de l’association, qui fêtera ses 10 ans cette année, en mai. Sous chapiteau. Mais pour l’heure, le froid ambiant du mois de février le condamne à rester rangé. Pas grave, les deux salles de Stéréolux sont bien assez grandes pour accueillir les fêtards de ce soir. Quoi que, on peut se poser la question quand les 700 premières places mises en vente sont parties en à peine un weekend. Une surprise pour Ana, qui ne s’attendait pas à ça ! La faute aux réseaux sociaux, selon elle. Pas un de ses flyers n’a eu besoin d’être distribué ! En plus d’accélérer la communication d’un événement, les réseaux sociaux ramènent également de nouveaux publics, de plus en plus jeunes.

« On a besoin de se marrer ! »

Un succès en partie dû à la politique de l’association, qui tient à ce que son public s’habille de ses plus belles parures… Ou des pires ! Quoi qu’il en soit, c’est un élément fondamental dans la réussite des soirées Sweatlodge, selon Ana, ou le public peut se lâcher et oublier un peu son « style » habituel. Au moins pour quelques heures. « On a besoin de se marrer ! », comme elle le dit, « chaque déguisement est le bienvenu », bien qu’elle admette qu’il y ait quelques personnes et personnages phares qui reviennent tous les ans, comme Mario, l’Arlequin, ou encore Bob l’éponge.

Ana, Sweatlodge, stéréolux, zoolux, cosmic show, article

Ana, la coordinatrice de la Zoolux qui n’aime pas être prise en photo

Elle nous confie cependant ses inquiétudes sur la vie festive de Nantes, craignant qu’elle  ne « s’éteigne à petit feu, malgré qu’il y ait beaucoup d’associations et de collectifs « . Pointés du doigt : le manque de lieux, des horaires trop restrictives, et une politique parfois vue comme prohibitive. Des frustrations ressenties par certains, une nouvelle fois révélées suite au fait divers de ces derniers jours.

La Sweatlodge, un « collectif de « freaks »

Quoi qu’il en soit, l’association va fêter ses dix ans en mai de cette année. Surement l’occasion pour eux de faire un grosse teuf. Sweatlodge est née courant 2005, principalement de personnes évoluant dans l’univers de la freeparty. Organisatrice de soirées itinérantes entre Nantes et Rennes, elle s’est peu à peu professionnalisée, devenant désormais une vraie boite de production. De nombreux artistes et collectifs évoluent sous l’aile de l’association désormais : Redux (Dj), Les Fantastiks (collectif Djs), Substance Cirk (cirque), et bien d’autres.

A retenir : la soirée d’anniversaire de l’association courant mai. Pas beaucoup d’informations pour le moment, les détails sont soigneusement gardés. Ce qui semble sûr, c’est que le chapiteau sera, cette fois là, de la party.

Valentin

CO-FONDATEUR /

Laisser un commentaire